Informations

Nathan-et-Aurélien

Il faut le savoir : "Aujourd'hui, près d'un prélèvement possible sur trois est refusé"

« En 2008, l'opposition au prélèvement a écarté 30 % des défunts qui pouvaient être prélevés », soit environ 600* personnes. Pour 360 cas * environ, l'opposition vient de la famille, principalement par manque d'informations sur la volonté du défunt. En parallèle,« il faut savoir que 250 malades sont morts en 2009 faute de greffes ».

Et nous pouvons TOUS nous retrouver dans le cas d'une attente de greffe, nous devons donc TOUS agir.

« Un donneur permet de greffer 4 personnes en moyenne » donc de SAUVER 4 VIES.

Nous militons afin que chacun de nous entreprenne une démarche active de son vivant.

* calcule basé sur les chiffres communiqué par l'agence de biomédecine

Source : agence de biomédecine

 

Comment agir en 1 minute (plus pour les bavards !) :

Informer son entourage, sa famille de sa volonté de donner ses organes en cas de décès; c'est aussi éviter aux gens que l'on aime une décision délicate dans un moment terrible qu'est la perte d'un proche, survenue souvent de façon brutale.

"Don d'organes. Pour sauver des vies, il faut l'avoir dit." Campagne de l'agence de biomédecine du 22 Juin 2010

image don d'organe
 

Il n'existe pas de registres où l'on peut s'inscrire en tant que donneur*.

Vous pouvez choisir de porter sur vous une carte de donneur, mais il faut savoir qu'elle ne remplace pas l'échange avec les proches. Par ailleurs, les cartes de donneur sont rarement retrouvées sur les corps des défunts. Cela ne vous empêche pas de la demander, car cette démarche peut être connue de votre entourage.

 

Quelques conseils pour en parler, extraits du site de l'agence de biomédecine :

« Dans une famille, il n'y a pas d'âge ou de fonction idéale pour lancer la conversation. Le plus important est la spontanéité de la conversation.

En effet, plutôt que d'imposer une discussion sur le don d'organes, mieux vaut profiter d'un échange qui amène naturellement à ce sujet : une actualité, une émission de télévision, un film, une greffe dans son entourage, une visite à l'hôpital, un deuil...

Des mots simples suffisent pour exprimer sa position et connaître celle des autres. Le choix de donner ou non ses organes est une décision personnelle, ce n'est pas un sujet de dissertation ou de débat. Personne n'a tort ou raison »

 
Top left bar

top_leftbar

Enfants

enfants_inter


propulsé par E-majine